In Interview

Entretien avec des Traders

Exclusif les amis. Enooooorme 🙂  : j’ai eu l’immense privilège de rencontrer cette semaine l’équipe de trading de la société dans laquelle je travaille.

Naturellement je me devais de me faire présenter le service dans mon travail qui consiste à sécuriser l’informatique de tout ce petit monde mais très vite, j’ai fait dériver la discussion sur le métier de trader en lui-même et bien sûr sur les stratégies et surtout la psychologie.

Voici la restitution de nos échanges que je n’ai hélas pas été autorisé à enregistrer. Les prénoms ont été modifiés pour préserver l’anonymat des personnes: je remercie donc les pseudos “Lionel” et “Maxime” qui se reconnaîtront 🙂 !

Titre et parcours

Arnaud (GALT): Bonjour à vous deux, pouvez-vous me décrire en un mot votre titre et votre parcours ?

Lionel (L): Salut Arnaud, Je suis Analyste au sein du département. J’ai suivi une formation d’école de commerce classique il y a pas mal d’années maintenant: Mon boulot est de fournir des analyses fondamentales et techniques aux traders.

Maxime (M): Hello  Moi je suis Analyste Mathématique (on dit aussi Quant): j’ai fait un DEUG de mathématiques puis un master de sciences économiques. Je suis en train de préparer une thèse sur les mathématiques stochastiques appliquées à la finance. Au delà de ça, mon travail est comme Lionel de fournir une analyse des marchés selon un autre point de vue que l’aspect fondamental ou purement graphique.

Le trading !

GALT: Alors, qu’est-ce vous tradezr exactement ?

L: Notre mandat concerne les matières premières notamment les céréales (Blé, Soja, Maïs, …) mais aussi le pétrole et bien sûr l’EURUSD.
On peut intervenir à titre de couverture via des options pour garantir que nos clients ne vont pas perdre de l’argent en vendant leur céréales dans le futur. On peut aussi jouer la différence de spread sur les différents marchés ou tout simplement spéculer sur la ligne qui est mise à notre disposition.
Les interventions se font sur les UT longues ou courtes: on peut même aller sur du 100 ticks !
Il peut m’arriver de trader mais en général c’est le rôle de personnes comme G. que tu vois là-bas qui ne fait que trader.
Il y a aussi une personne qui sert de garde fou: c’est une sorte de gatekeeper: il nous protège et évite qu’on parte en vrille: il est là pour nous arrêter en éteignant les écrans si on perd trop et qu’on continue à trader.

GALT: Le côté émotionel est donc vraiment impactant.

L: tu m’étonnes. En fait le trading est quelque chose de très personnel: chacun à sa stratégie qui lui fait entrer ou pas en fonction de tel ou tel pattern.
Même si contrairement à toi, qui est trader en compte propre, nous ne “jouons” pas avec notre argent: la pression est quand même là car nous avons nos objectifs également !
C’est pour cela qu’il y a plusieurs analystes pour chaque trader: afin qu’il puisse confronter des points de vue différent et prendre sa décision.
En fait on (l’entreprise) n’en voudra jamais au trader d’avoir perdu de l’argent: tout le monde en perd à un moment ou un autre: un trader qui te dit le contraire n’est pas un vrai trader !
Par contre ce qui est rédhibitoire c’est de faire la politique de l’autruche quand tu vois que tu perds et que tu ne fais rien pour arrêter cela: tu dois admettre que tu t’es trompé et puis c’est tout: tu clôture et tu passes à autre chose. Mais bon voilà, c’est un peu le problème de l’être humain: l’égo qui lui faire perdre tout acceptation de l’échec

Les outils

GALT: Quels sont les outils que tu utilises au niveau Analyse Technique ?

L: Oh, c’est relativement simple: j’ai essayé plein de trucs mais suis revenu à des outils extrêmement fiables et pourtant simples: A part le prix, j’utilise le RSI, le Stocahstique et les Volumes. Je regarde tout ce petit monde sur plusieurs unités de temps.
En partant du plus long vers le plus court, je fais comme un sniper qui se rapproche de sa cible et détermine le moment exact ou appuyer sur la détente.

GALT: Pourtant il semble apercevoir de l’Ichimoku sur tes graphiques ?

L: Monsieur est connaisseur (rires) ! Oui, de temps en temps, je teste de nouvelles choses: l’être humain n’est pas nu robot et a besoin de changement de temps en temps. Alors je teste de nouveaux outils pour me faire mon idée … Mais si tu veux avoir un point de vue encore plus original, demande au petit génie sorti de l’école et son approche mathématiques.

Un “Quant” parle à Grandir avec le trading !

M: Merci Lionel, moi mon truc, c’est les mathématiques et notamment les mathématiques stochastiques, celles qui s’occupent de l’aspect probalistique et aléatoire des données numériques.

GALT: Tu es, ce qu’on appelle un Quant, peux-tu nous en dire plus à ce sujet ?

M: Yes. Mon approche consiste à modéliser les variations de cours selon des modèles mathématiques extrêmement complexes. Sur ce graphique là, par exemple, j’obtiens un nuage statistiques qui me fait ressortir deux courbes, comme des espèces de moyennes mobiles si tu veux. Quand la plus rapide croise la plus lente vers le haut, alors on a un marché haussier et inversement dans l’autre cas.
Evidement ces données marchent surtout dans des horizons de temps très court terme. C’est Einstein qui disait que plus on se rapproche dans le temps d’un événement, plus on peut prédire facilement la suite. A l’inverse, plus on veut se projeter dans le futur et plus on est dans l’incertitude.

GALT: Je suis perplexe quand je regarde tes courbes car j’ai l’impression qu’un indicateur comme le stochastique me donne une vision a peu près équivalente de tes résultats qui ont nécessité tant de calculs.

L et M: (Rires) .

L: Il est très observateur l’informaticien !

M: Oui, c’est ça qui est délirant: énormément d’énergie est consommée pour créer des modèles mathématiques performants et pourtant quasiment aucun d’entre-eux ne rapportent de l’argent. Pourtant les grandes structures continuent de dépenser de l’énergie dans cette voie !

GALT: La recherche du St Graal en somme ?

M: Yes, sauf qu’il n’existe pas selon moi !
Maintenant mon truc c’est les maths et j’adore construire des modèles. Moi aussi je chercher mon graal (rires) !

La perception du métier

GALT: Merci messieurs, que pouvez-vous me dire sur votre métier avec plus de recul ?

L: C’est un métier de gestionnaire (M. Acquiesce): on gère un capital, on gère une position prise quand on trade et surtout on gère ses émotions.
La gestion de capital impose des journées à rallonge: les marchés sont ouverts mêmes les jours fériés en France et on doit tout consigner et faire la clôture avec la compta chaque soir. Il n’est pas rare que je soit encore là à 20h30 …
De toute façon, on a tous la fibre du trading dans les veines: il faut être passionné par ce métier qui est nerveusement très éprouvant.
Pour le reste, il faut aussi analyser des prises de positions: il ne s’agit pas de savoir pourquoi on a eu raison ou tort mais de savoir si on a bien appliqué le plan de trading ou pas et si ce n’est pas le cas, de trouver une solution pour remédier à cela.

GALT: C’est donc si important d’appliquer toujours les mêmes techniques ?

M: Oui carrément, c’est même là que se trouve la clé de la réussite: dans le long terme. Le trading, c’est comme de la loterie: on ne peut pas être sûr de ce qu’il va se passer mais si on a un avantage, même léger et qu’on applique cet avantage suffisamment longtemps, alors on sera gagnant: le boulot est donc de toujours faire la même chose pour que les lois statistiques ur les grands nombres s’appliquent !

GALT: Vous me rassurez car je pense exactement la même chose et que je n’ai hélas jamais eu l’occasion de pouvoir partager cela avec des pros !

L’importance du groupe par rapport aux égos de chacun

L: C’est l’un des autres aspects qui est primordial dans ce métier: ne pas être seul. Dans notre service le groupe est le ciment qui nous permet de réussir: un trader isolé part avec un sacré handicap.
Il ne peut pas toujours être au top de sa forme et le fait que des collègues soient là pour le remplacer en cas de problème (à commence par simplement faire une pause), c’est énorme.
Et puis en répartissant le rôle dans les équipes, on évite que toute la pression d’un échec se répartisse sur les épaules d’une même personne: on est tous dans la même galère: quand l’un d’entre-nous perd, c’est tout le groupe qui perd.

GALT: On est très loin des “loups de Wall-streeet” et autré clichés sur le Trader psychopathe !

L: (Rires). Oui, c’est clair. Souvent les jeunes qui sortent de l’école de commerce et qui se destinent à trader ont ce biais: très rapidement, ils reviennent à de meilleurs sentiments quand ils se sont pris une bonne perte: un trader qui dure est un trader humble. Mais bon, tous les ans, je vois des “jeunes loups”, comme tu dis, se faire briser très rapidement: seuls les meilleurs font preuve de résilience en ravalant leur égo et en grandissant (Note pour les lecteurs: Ouahhh: quand j’ai entendu le mot grandir, j’ai vraiment été chamboulé). Les autres arrêtent le trading.

L’interview s’arrête à ce moment là côté trading, je parle ensuite de choses plus liées à mon métier comme connaitre les besoins en terme de système d’information. Sans surprise: la qualité de la connexion réseau ressort en premier …

Que retenir de tout cela ?

Je ne sais pas comment vous avez perçu cet échange que j’ai un peu remanié car j’ai du le faire à partir de notes et de souvenir immédiats mais cela m’a vraiment retourné.
Que ce soit les stratégies, la philosophie derrière (lié à l’égo), l’importance de ne pas rester seul (ça, j’avoue n’avoir pas perçu à quel point c’était important) et bien sûr les outils d’analyse techniques: tout ça m’a vraiment conforté dans mon évolution actuelle vis-à-vis du trading jusqu’au vocabulaire utilisé par Lionel quand il a utilisé le terme “Grandir“.

Pour résumer: qu’est-ce qu’on peut retenir de tout cela à notre niveau de trader en compte propre:

  • Il faut travailler sur l’égo: c’est le point principal.
  • Il faut accepter que les points d’entrée soit liés au hasard mais il faut que le suivi soit professionnel: c’est lui qui va nous garantir un gain ou non en finalisant un trade.
  • Pour un trader en compte propre, la difficulté réside dans le fait d’être seul.

Et vous chers amis traders, avez-vous eu l’occasion de rentrer dans une salle de marché et de discuter avec les intervenants ? Faites-nous part de votre expérience en postant un commentaire un peu plus bas …

Crédit Photo: Stocklib / dotshock

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Vous êtes libre de recevoir ​gratuitement mon ebook "5 étapes pour devenir un trader gagnant"