In Mindset

La peur en trading

Peur et Trading, deux termes a priori indissociables.
Et pourtant nous allons voir que tout n’est que perception.
Et comme toute perception, elle peut être changée …

Qu’est-ce que la peur ?

Selon le Larousse, la peur est le “sentiment d’angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d’un danger, réel ou supposé, d’une menace”.

La clé se trouve dans la définition même de la peur: “en présence ou à la pensée d’un danger réel ou supposé“.
C’est donc bien notre imaginaire et notre perception qui intervient dans le processus !
Nous avons tendance à imaginer une issue qui nous est défavorable et donc à prendre peur qu’elle arrive. Et ce, même si le danger n’est pas avéré !

Seulement il faut être capable de déterminer de manière précise quel est ce véritable danger.

Quel est le danger ?

Celui qui peut sembler le plus évident est bien sûr celui de perdre de l’argent !

En quoi voir baisser la valeur d’une grandeur, notre capital, est-il un danger ?

Cela peut l’être si la privation de la capacité d’achat a un impact direct sur notre survie.
Si ainsi nous perdons une somme d’argent dont nous avons besoin pour assurer notre train de vie,  nous sommes littéralement dans le “caca” et nous nous plaçons potentiellement en danger.
En revanche si nous perdons une somme modique, disons 10 voire même 100 €, notre existence est loin d’être mise en péril. Il n’y a donc pas lieu d’avoir peur de perdre ce type de montant en trading.

Or pourtant nous avons peur, même pour une somme si faible ! Pourquoi ?

Peut-être que notre véritable peur ne se trouve pas dans le fait de perdre de l’argent mais dans la honte d’avoir tort, de s’être trompé:

Héritage de notre éducation où l’erreur n’est pas permise, le fait de se tromper menace directement notre égo.
Il ne faut pas sous-estimer ce drôle d’animal.
Il n’a de cesse que de tout faire pour exister et avoir raison et son moyen préféré !
Imaginez être à sa place: si vous avez tort, c’est que vous êtes nul, incompétent et n’avez pas de raison d’exister !
Le problème est qu’en Bourse, avoir raison est impossible de manière systématique.
Ne pas dompter son égo est donc un moyen sûr de faire l’expérience de la peur de perdre en trading.

Et comment fait-on cela ? Tout simplement en acceptant de nous tromper !
Depuis que l’homme existe, son évolution n’a été possible que par la sacro-sainte trilogie: Tentative-Erreur-Correction.
Je ne comprends pas pourquoi dans nos écoles on encourage autant le succès et si peu les erreurs.
Ces erreurs ne deviennent deviennent des échecs que si on abandonne, c’est-à-dire qu’on sort du “Tentative-Erreur-Correction”.

Quel est le véritable danger dont nous avons peur en trading ?

Le vrai danger ne concerne que notre capital investi. Et celui-ci est menacé si nous ne respectons pas notre plan de trading.
Vous savez, le plan issu de votre mental stratège, calme et posé en dehors du marché.
Celui qui a élaboré une stratégie qui marche sur le long terme pour peu que les émotions ne viennent pas tout foutre en l’air !
C’est cela le vrai danger, se laisser déborder par ses émotions et ne plus appliquer son plan.
A partir de là, c’est la ruine assurée, à plus ou moins long terme …

 

Comment se débarrasser de la peur en trading ?

Mauvaise nouvelle: plus vous essaierez de vous en débarrasser plus elle sera tenace ! Et ce n’est certainement pas en essayant de trouver une explication rationnelle tout comme nous venons de le faire au cours de cet article que nous allons y arriver.
D’ailleurs comprendre un problème ne permet que rarement le résoudre juste par une prise de conscience.

C’est que le domaine des émotions est celui du coeur alors que celui de la rationalisation est celui de l’esprit.
On ne peut pas utiliser l’un pour résoudre le problème de l’autre !

Il ne s’agit pas de comprendre pourquoi un problème existe mais plutôt comment il fonctionne.

Comment faire alors ?

Notre cerveau ne fait pas la différence entre réalité et rêve !

Les expériences des psychologues ont montré que le cerveau n’est pas réellement capable de faire la différence entre une scène réelle et une scène imaginée.

Reprenons la définition du Larousse: “en présence ou à la pensée d’un danger réel ou supposé“.

Si le danger n’est pas devant nous, c’est que nous l’anticipons ou en projetons sa réalisation.

C’est donc que nous nous plaçons dans un futur qui n’a pas encore eu lieu et que nous le vivons comme s’il était réel !
C’est le propre des gens anxieux, celui de ne plus être en mesure de profiter de l’instant présent.
La clé serait donc double:

  • tout d’abord il convient de rester focaliser sur le moment présent.
    Pour ce faire, plusieurs techniques existent: la plus connue est bien sûr la méditation.
    Il existe énormément de techniques sur le web. J’apprécie celle de la méditation de plein conscience. Vous trouverez plein d’information dans l’ouvrage “Un temps pour la méditation” de Carl de Miranda … et bien sûr sur internet !
  • ensuite, on peut également utiliser l’imagination pour modifier notre réalité !
    Voyons comment faire …

 

“Ce n’est pas le stress qui nous tue, mais notre réaction face à celui-ci.” Hans Selye

La plupart des psychologues indiquent que le fait de fuir ses problèmes les aggrave.
Il parait en effet clair de faire face à nos pensées négatives et nos peurs pour pouvoir s’en libérer.
On imagine mal en effet se soigner de son agoraphobie en restant cloîtré chez soi !

Toutefois ce n’est pas suffisant et comprendre les origines de son trouble n’est pas garant de sa résolution.

Si vous avez peur du vide et que vous comprenez que cela vient d’un épisode traumatisant de votre enfance, vous n’allez pas régler ce problème juste en le sachant.
A l’inverse, vous allez encore moins le résoudre en vous exposant inutilement à des situations où vous rencontrez le vide (Le fameux traitement du mal par le mal !).
Vous le solutionnerez en modifiant le regard que vous portez sur votre problème afin de modifier la manière dont vous y réagissez !

Il ne s’agit donc pas de faire comme si vous n’aviez plus peur, mais de faire comme si vous n’aviez plus peur d’avoir peur.

Concrètement ? Reprenons l’exemple de la peur du vide. Imaginez que vous soyez terrorisé par ce dernier. Imaginez que cela sera ainsi toute votre vie sans que vous ne puissiez rien y changer.
Acceptez le comme une possibilité et laissez la partie de vous qui est anxieuse à l’idée du vide prendre conscience que vous l’acceptez telle qu’elle est.
Sachant cela, elle ne créera plus de panique car elle saura qu’elle sera acceptée sans contrepartie et donc que son existence n’en sera pas altérée.

Pour quoi cela fonctionne ?

Eh bien tout simplement comme on l’a vu plus haut parce que le cerveau ne fait pas la différence entre le rêve et la réalité !
C’est  donc que notre imaginaire crée du réel: en s’imaginant comme faisant l’expérience d’être accepté et compris quand nous aurons peur (après tout, ce n’est pas si grave d’avoir peur), nous n’aurons plus peur d’avoir peur !

Vous aurez toujours peur mais pas au point de créer une panique incapacitante.

Appliqué au trading, cela signifie donc que vous acceptez de perdre l’intégralité de votre capital sans que votre valeur de trader soit mise en cause.
En corollaire, il vous faut donc mettre en jeu une somme d’argent qu’il vous est possible de perdre sans impacter votre quotidien.

 

Ce sont les choses que nous ne connaissons pas qui font peur … en trading également !

L’autre phénomène qui accentue la peur est bien sûr l’inconnu.
Or la Bourse est le domaine de l’incertitude.

Plusieurs traders recommandent de lâcher prise, c’est-à-dire de se libérer psychologiquement du désir de maîtrise et du contrôle des marchés … tout simplement par ce que le marché n’a que faire de vous et que personne n’a de contrôle dessus !

Comment faire quand on est un maniaque du contrôle et qu’on considère que lâcher prise est une forme d’abandon et que c’est mal 🙂 ?

La solution consiste tout simplement à prendre conscience que le trading n’est pas une approche discrétionnaire où vous devez gagner à chaque fois pour être gagnant au final.
Le trading est une approche statistique qui nous fait gagner que sur le long terme.
Il est donc normal de perdre régulièrement.
Le truc est de faire en sorte de perdre peu quand on perd et de gagner plus quand on gagne !

La meilleure approche est donc de comprendre les marchés.
Pas pourquoi ils montent, descendent ou stagnent !
Mais identifier s’ils montent, descendent ou stagnent !
Pour ce faire, il y a plusieurs techniques dont je parle dans un autre article.

Connaissant le contexte, il nous est alors plus facile d’être en phase avec les marchés, d’entrer au bon moment et de rester en position jusqu’à ce que le contexte se termine  …

 

Pour résumer

Notre peur en trading vient plus d’avoir tort que de perdre de l’argent.
En prenant conscience que:

  • il est normal de perdre régulièrement
  • il n’est pas honteux d’avoir peur de perdre et que cela ne sert à rien de vouloir lutter contre cette peur
  • en misant de l’argent dont nous n’avons pas besoin
  • en appliquant notre plan de trading comme on le ferait sur un jeu vidéo sans se soucier du score final

alors on pourra se libérer de la peur dans notre trading.

Vous êtes libre de laisser vos remarques et suggestions en laissant un commentaire plus bas …

Crédit Photo: Stocklib / lightfieldstudios
Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

,

4 Responses to La peur en trading

  1. Jean dit :

    Si je comprends bien, je dois accepter de perdre tout ce que j’ai … pour ne plus avoir peur d’être un mauvais trader. C’est pas un peu tordu 🙂 ?

  2. Arnaud dit :

    Hello Jean et merci pour le feed-back !
    il ne s’agit pas de “perdre tout” justement mais seulement une partie qui n’est pas dramatique, qui ne m’empêchera pas de vivre.

    Je vais prendre l’analogie de la voiture:

    Si j’ai la hantise des rayures et autres petites bosses sur ma carrosserie, je risque de ne plus utiliser ma voiture, par peur de l’abîmer ou d’être considéré comme un mauvais conducteur qui ne prend pas soin de son engin.
    Ce serait dommage car la voiture peut m’apporter beaucoup au quotidien …

    En revanche si j’accepte que quoi que je fasse, ma voiture sera rayée au cours de sa vie (rayée pas détruite !), alors je ne vais plus avoir peur de rouler et paradoxalement il est fort probable qu’au final ma voiture ne sera jamais “trop” cabossée.
    Même chose en trading: si j’accepte qu’une petite partie de mon capital (ie la carrosserie de ma voiture) et non toute ma fortune (ie ma voiture en entier) soit potentiellement perdue dès le départ, je vais accepter de trader en respectant mon plan de trading (ie en conduisant normalement: sans prendre trop de risque ou sans paniquer dès qu’un moustique se crash sur ma voiture).
    De cette façon, je n’aurais plus peur de perdre un trade et ne serais plus tenté de ne pas respecter mon plan de trading quand cela ne va pas.
    Paradoxalement, il m’arrivera sans doute rien ou pas grand chose.
    Dans les deux cas, je ne me considèrerais pas comme un mauvais trader même quand je perds un trade de la même façon que je ne m’estimerais pas être un mauvais conducteur, même si j’ai des bosses sur ma voiture… 🙂

    C’est juste un état d’esprit à acquérir: celui d’accepter que les erreurs inmanquables que je vais rencontrer font partie de l’activité même de trader et que cela ne remet pas en cause mes propres qualités de trader …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *