In Mindset

Les 7 paramètres incontournables pour évaluer votre plan de trading

Cliquez sur “Play” pour écouter le podcast ou faites un clic droit ici puis cliquez sur “télécharger” pour le recevoir directement sur votre appareil.

Un mode de pensée différent

On l’a déjà vu dans les articles précédents: le trading n’est pas une activité discrétionnaire mais statistique. Concrètement, cela signifie qu’on ne peut pas évaluer si on est gagnant sur un seul trade mais sur une série assez importante.
Et pourtant, sur les forums de trading, on voit énormément de gens se vanter de leur exploits sans jamais parler de leur échecs. Quand on creuse, on voit qu’il n’y a pas de stratégies uniformes mais plutôt une saisie de l’instant ou, pour reprendre l’expression d’un intervenant, du trading à l’instinct.

Cette façon de voir n’est pas viable à terme et il faut vraiment changer son mindset pour penser en mode statistiques.

Les paramètres à déterminer pour savoir si votre plan de trading est viable à long terme

Voici 7 paramètres incontournables pour évaluer la pertinence de votre plan de trading:

  • La probabilité de succès: C’est le nombre de trades gagnants sur le nombre total de trades. On appelle un trade gagnant, un trade qui ne vous a pas fait perdre d’argent !
    Concrètement avoir raison plus souvent que tort est souvent une bonne chose pour évaluer la pertinence d’une stratégie.
    Mais nous verrons plus tard que cela ne suffit pas !
  • Le ratio Gain/Risque: C’est le rapport entre la valeur moyenne de ce que vous gagnez réellement par rapport à la valeur moyenne de ce que vous risquez.
    Concrètement cela mesure l’intérêt de vos prises de position: un ratio inférieur à 1 indique que vous prenez plus de risque que ce que cela vous ramène: c’est clairement pas intéressant ! Un ratio supérieur à 1 est une bonne chose.
    Attention, cela n’est pas le ratio entre ce que vous perdez en moyenne et ce que vous gagnez en moyenne: ce ratio là intervient dans l’espérance de gain que nous allons voir un peu plus bas.
  • L’impact des frais: Cet impact, souvent négligé, peut pourtant faire la différence entre un résultat positif ou négatif en fin de mois. Il faut calculer cette valeur et évaluer son impact sur ses résultats: si vous êtes sous-capitalisé, il y a fort à parier que tous vos gains vont être littéralement bouffés par votre frais de courtier: j’ai eu cette mauvaise expérience en intraday sur les CFD et c’est une erreur que je ne referai plus …
  • Avec ces trois premiers éléments, que vous pouvez récupérez en faisant des backtests ou sur vos données réelles (j’y reviendrai dans un autre article), vous êtes en mesure de calculer votre espérance de gain: il s’agit concrètement de ce que vous pouvez espérer gagner comme argent sur le long terme pour peu que vous respectiez systématiquement votre plan de trading et que vous ayez pris suffisamment de trades.
    Pour rappel, l’espérance de gain se calcule comme suit:
    ng est le nombre de gain, np celui de perte, g le gain moyen et p la perte moyenne.
    Si votre espérance est négative, vous allez perdre de l’argent sur le long terme et ce, même si vous gagnez souvent.Prenons l’exemple de ces traders qui se mettent en avant dans ces fameux forums: ils parlent souvent d’avoir des gains importants mais je suis à peu près sûr qu’il suffit d’une seule perte mal gérée en raison de l’absence d’un plan de trading pour les ruiner en une seule fois !
    Comment en suis-je si certain ? tout simplement parce qu’on ne les revoit plus sur les forums au bout de quelques temps.
    D’autres les remplacent alors, éphémères à leur tour dans le processus …Si on y réfléchit,  cela peut aller très vite: Si vous faites 90% du temps un gain de 90 € et une seule fois sur 10 une perte de 900 € (envisageable si vous gérez mal vos émotions parce que vous vous êtes habitué à avoir toujours raison et n’admettez pas cette perte exceptionnelle), votre espérance devient négative: 0.90 x 90 – 0,10 x 900 = -9 €
  • Le facteur d’opportunités est le nombre d’opportunités que vous prenez sur une période. Comme nous l’avons vu, il doit correspondre à votre objectif de gain périodique.
    C’est en effet bien beau d’avoir une espérance de gain positive mais si vous n’avez pas ou peu d’opportunités, vous n’arriverez pas à la mettre en oeuvre et donc à atteindre votre objectif de gain.
    L’espérance mathématique n’est en effet valable que sur un grand nombre d’opération: si vous n’avez pas assez d’opportunités de trading, vous n’aurez pas de résultat valable.
  • Le capital: attention, le point précédent n’est nullement un encouragement à faire de l’overtrading: il vous faut respecter votre plan en ne prenant position que quand c’est adapté.
    Il vous faut tout autant préserver votre capital en limitant le levier idéalement à 1 pour éviter de tout crâmer en un seul trade.
    Une chose est sûre néanmoins: plus votre capital est important, plus vous aurez des résultats pertinents rapidement.
  • La taille de position: Dans la mesure où la vision statistique implique de prendre suffisamment de positions pour qu’elle se vérifie, il faut que vous soyez en mesure de passer cette quantité importantes de trades: si vous prenez un risque trop important, pour faire un coup, vous risquez d’être ruiné en quelques trades.
    Rappelez-vous que si vous perdez 50% de votre capital, il faut que vous ayez un accroissement de 100% de ce dernier pour revenir à la valeur initiale !
    L’idéal est donc de prendre une taille fixe de position en pourcentage de capital: pour ma part je ne dépasse pas le 1% de risque à chaque trade.
    Certains plus conservateurs, se limite à 0,5 % (c’était mon cas avant le lancement de mon défi) et d’autres plus téméraires visent le 2% !
    Ttout est une histoire de capital, si vous tradez avec 500 €, prendre un risque de 1% va effectivement ne pas vous faire gagnez grand chose surtout que les frais seront équivalent au gain potentiel !
    Maintenant la vraie question correspond au point précédent: 500 € n’est sans doute pas assez pour trader !

 

Le trading, une bataille de boules de neige !

Dans son ouvrage, Réussir en trading,  Van K. Tharp utilise une image particulièrement bien représentative de 6 de ces éléments en trading: il s’agit de l’allégorie de la bataille de boule de neige.

Imaginez-vous en train derrière un mur de neige en train de participer à une bataille de boules de neige particulière: vous avez une télécommande pour intervenir dans la bataille et qui va envoyer sur votre mur une série de boules de neige ou de boules de feu.

  • Les boules de neige vont se rajouter à votre mur et le consolider.
  • Les boules de feu vont faire disparaître une partie de votre mur en le faisant fondre.
  • Les boules peuvent être de taille variable et envoyées seules ou en nombre.

Chaque boule représente une taille de position unitaire. Par exemple un micro-lot sera une boule et un mini-lot en représentera 10.
Votre télécommande vous permet de choisir cette taille de position ainsi que le sens de l’opération: Achat ou Vente.

Si on reprend les 7 paramètres précédents, voici les analogies correspondantes à cette bataille de boule de neige:

  • La probabilité de succès est le ratio Nombre de boule de neiges / Nombre total de boules lancées.
  • Le ratio Risque/Gain est le ratio Taille moyenne d’une boule de neige/ Taille moyenne d’une boule de feu.
  • L’impact des frais correspond à l’altération de la boule par les frottements de l’air: la boule de neige va perdre de sa masse et la boule de feu va être amplifiée par l’apport d’oxygène. Au final c’est votre mur qui va y laisser un peu de neige à chaque boule, quelle que soit sa nature.
  • L’espérance de gain correspond à la quantité de neige que vous allez avoir en plus sur chaque lancement unitaire de boule si on prend un nombre de tir suffisant: une espérance négative et c’est en fait la destruction à plus ou moins long terme de votre mur par les boules de feu 🙂
  • Le facteur d’opportunités est tout simplement le nombre de fois où vous avez pu appuyer sur le bouton pendant la période du jeu selon votre plan de trading bien sûr.
  • Le capital correspond à l’épaisseur du mur): Plus le mur est épais, mieux vous êtes protégé mais s’il n’y a plus de mur (plus de capital), vous avez perdu !
  • La taille de position correspond au nombre de boules lancées contre le mur à chaque appui sur le bouton: pour rappel, une boule correspond à une taille unitaire: si vous prenez une position trop grande, vous pouvez détruire complètement votre mur (capital) avec une seule prise de position.

Cette allégorie nous permet de ne rien oublier et d’utiliser ces paramètres avec sagesse dans l’établissement d’un plan de trading.
Je trouve l’image particulièrement bien choisie même si on aurait pu la compléter par un dernier intervenant: le Soleil qui , à l’instar de l’inflation, fait fondre irrémédiablement votre mur de neige 🙂 !

Et vous, utilisez-vous un plan de trading et si oui, comment avez-vous mesurer son efficacité ? je vous invite à répondre dans les commentaires plus bas …

Crédit Photo Stocklib / Olesia Bilkei
Musique: This World Is Yours by Gyom. Licence Premium Beat n°2515981
Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

​Vous êtes libre de recevoir ​gratuitement mon ebook "5 étapes pour devenir un trader gagnant"