Incertitude et trading

| Mindset

Approcher le trading sans incertitude est le meilleur moyen de perdre sur le long terme. Petit tour d’horizon des contre-vérités en trading.

La gestion classique de l’incertitude en trading avec les probabilités.

Quand on commence à trader, on nous recommande d’apprendre les figures chartistes qui offrent une certaine probabilité de succès.
Droite de tendance, triangle, tasse et anse, épaule/tête/épaule, … toutes ces figures ont une probabilité historique de succès qui est référencée dans les manuels.

Cela ne veut pas dire que cela va marcher à chaque fois (vous vous rappelez cette histoire d’incertitude dans le trading 🙂 ? ).
Mais parait-il que l’on a plus de chance que cela fonctionne … si on se base sur statistiques du passé avec ces mêmes figures.

Comme on l’a déjà vu dans cet article, la courbe en cloche ne s’applique hélas pas au trading …

Tout simplement parce qu’elle fonctionne si les éléments mesurés sont indépendants les uns des autres. C’est le cas par exemple de la taille des élèves d’une classe.
Or en trading c’est tout le contraire. Quand un mouvement démarre, pas mal de monde se met à le suivre par mimétisme

 

 

Que représente le prix sur les graphique ?

A un instant t, le prix est le consensus entre les acheteurs et les vendeurs.

Les intervenants ont une vision ou un ressenti qui opte pour par exemple la hausse du prix:

  • Les intervenants qui passent à l’achat ont comme biais une hausse du prix dans leur horizon de temps.
    Soit ils entrent en position, soit ils sortent d’une vente à découvert.
  • Pour ceux qui passent à la vente: soit ils prennent leur bénéfice sur un précédent achat, soit ils ouvrent une position de vente à decouvert.
    Dans les deux cas, leur biais est baisser.

Le truc est que vous pouvez avoir 2 positions opposées gagnantes: un acheteur et un vendeur … mais pas sur le même horizon de temps.
Le premier scalpeur va sortir très vite en gain après quelques points grattés à la hausse.
Le deuxième, plus long terme, envisage une baisse sur un horizon de temps journalier qu’il finira pas rentabiliser au bout de 2 ou 3 jours.
On ne parle donc plus d’avoir raison ou tort mais d’avoir une vision du marché.

Je reformule donc ma précédente phrase:  A un instant t, le prix est la somme des irrationalités des intervenants  quelques soient leur unités de temps d’intervention.

A partir du moment où on gère de l’irrationnel en trading,  difficile de se débarrasser des incertitudes …

 

 

Mais alors de quoi est on vraiment sûr en trading ?

Ca va vous faire rire mais la seule chose dont on soit sûr est que le prix va soit monter, soit baisser soit stagner.
Puissant, hein ? 🙂

Pour autant au-delà de cette évidence, il n’y a absolument rien de sûr y compris dans l’intensité d’un mouvement.
Il peut se faire avec un gap ou de manière plus continue.
Dans un cas il va nous faire mal au portefeuille, dans l’autre, la perte sera plus progressive … un peu comme l’histoire de la grenouille qui reste dans la casserole que l’on porte doucement à ébullition …

Crédit Photo Stocklib / pavel shlykov


Comment trader dans ces conditions ?

Pour prendre une décision, il convient donc de se concentrer sur ses conséquences (que l’on peut connaître) et non sur sa probabilité (que l’on ne peut pas connaître).

On a alors deux possibilités:

  • Soit on diminue son exposition: on prévoit un stop loss par exemple à 1% de notre capital tout en gardant en tête la possibilité d’un cygne noir comme un gap de la mort qui nous fasse perdre 2 ou 3%.
  • Soit on refuse de prendre trop de risques avec l’argent qu’on ne veut pas perdre. On dédie alors une partie plus petites pour les risquer complètement.
    Si par exemple j’ai 10 000 € de capital, je vais rester conservateur avec 9 000 € et tenter d’être moins inhibé avec les 1 000 € restants.

La première solution est la plus prudente: elle part du principe qu’un cygne noir peut arriver à tout moment et nous ruiner.
L’inconvénient majeur est que si nos pertes sont maîtrisées, nos gains restent limités …
La progression est ainsi relativement garantie mais plutôt lente.

Le deuxième solution a l’avantage de dynamiser notre portefeuille: on reste prudent sur l’essentiel du capital et on tente de s’exposer à accident de richesse sans pour autant tout risquer.
Il ne s’agit pas de prendre un levier démentiel mais juste de se mettre à trader sans penser au cygne noir; vous savez, ce fameux événement qui peut vous ruiner en une seule fois …

Et vous comment gérez-vous l’incertitude en trading ? Vous êtes libre de nous en faire part en laissant un commentaire plus bas …

 

 

 

Crédit Photo Stocklib / cuteimage1
Partager l'article:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *