In Technique

Distinguer une correction d’un retournement en trading

La période actuelle,Mars 2020, est propice à ce genre de question: sommes nous en train de vivre un krach ou bien est-ce une correction, violente certes, mais temporaire des marchés ? Et de manière générale comment distinguer un retournement d’une correction ?
Je vous propose quelques éléments de réponse…

L’évolution classique d’un marché

En dehors des périodes de range ou de stagnation, un marché évolue rarement en ligne droite.
Il a plutôt tendance à faire des amplitudes plus ou moins longues autour d’une tendance moyenne.

Ce n’est pas évident de se dire qu’on est dans un marché haussier, surtout quand on vient d’acheter au plus haut d’une phase de consolidation.
Imaginez: que penseriez-vous si vous aviez acheté au plus haut d’une des phases indiquées en cercles rouges sur la figure ci-dessus ?
Pas simple ni forcément raisonnable de rester en position en se disant que cela va remonter !

Evidemment cela est remonté après mais que se passerait-il si ce n’était pas le cas ?

Il y a néanmoins une caractéristique intéressante sur le graphique et on la retrouve quasiment partout: c’est ce que j’appelle le régime moteur.
Souvenez-vous, dans un précédent article, je faisais le parallèle avec un avion télécommandé: l’avion peut continuer à prendre de l’altitude sur sa lancée mais le fait de ne plus entendre le moteur est le signe qu’il va forcément retourner vers le bas !
Il suffit donc d’écouter le moteur en plus de regarder la trajectoire de l’avion pour avoir une bonne idée de ce qu’il va se passer.

En trading, le moteur peut être représenté par le RSI.
Tant qu’il est au-dessus de sa zone de neutralité (ZN), soit 50, on peut estimer qu’il tourne suffisamment pour que l’avion grimpe.
En dessous de 50, l’avion est plutôt enclin à piquer du nez.
Quand il oscille autour des 50, on imagine bien l’avion faire des montagnes russes dans une belle phase de range.

Distinguer un retournement d’une correction avec le RSI

Couplé à l’évolution du prix, le RSI est donc un bon moyen de déterminer la force d’une consolidation.

Dans l’exemple plus haut du CAC 40, on voit qu’il s’est maintenu au-dessus des 50 ce qui sous-entend que le mouvement reste haussier. Tant que l’on n’a pas cassé la ZN, il faut rester avec un biais acheteur.

Voyons à présent un exemple de retournement, toujours sur le CAC 40, pour la période de 2008.


Sur ce graphique en Weekly, on voit que la tendance reste haussière tant que le RSI est au-dessus des 50.
A de nombreuses reprises, celui-ci vient taper sur les 50 mais repart à chaque fois.

Et puis il finit par casser la ZN des 50.
Cette cassure est validée quand le RSI fait un throw-back dessus (Cercle rouge) avant de repartir vers le bas.

Comme il y a eu juste avant une (légère) divergence baissière (segment bleu) entre le prix et le RSI, cette cassure est vraiment à prendre en compte.
Une sortie de trade au niveau de la flèche rouge est préconisée car le prix n’ira vraisemblablement plus beaucoup plus haut.

On peut même envisager un trade dans l’autre sens.

Est-ce que cela marche à chaque fois ?

Et non ! Il n’y a aucun indicateur magique: cela marche néanmoins quasiment tout le temps (surtout pour les unités de temps longue, au-dessus de la journée) et quand cela ne marche pas, c’est parce que le prix est entré en phase de range.
Dans ce cas là, le RSI devient peu pertinent mais ce n’est pas grave car au pire on est sorti trop tôt. En aucun cas on finira ruiné.

Sur ce graphique, toujours le CAC 40 mais en journalier, on voit une divergence baissière validée par la cassure du RSI. Toutefois le prix part ensuite en range (rectangle vert).
Durant cette phase, le RSI oscille de la même manière que le Stochastique et le prix.
Il  devient donc inutilisable pour indiquer une tendance. Et c’est normal car il n’y a plus de tendance justement !

L’inverse est également vrai

De la même manière qu’on peut utiliser le RSI pour détecter un retournement de tendance à la baisse, on peut le faire pour une reprise à la hausse.
C’est intéressant car souvent la baisse est plus courte que la hausse et il faut donc savoir se remettre en position haussière très vite malgré le pessimisme ambiant.

Sur ce graphique, la fin de la descente infernale du krach de 2008 se termine au niveau de la flèche rouge soit début Avril 2009.

Comment obtenir une confirmation

Il faut regarder le meilleur indicateur du monde, le prix lui-même !

Un retournement se produit d’abord dans les unités de temps inférieures. En diminuant l’unité de temps d’étude, on va effectivement se rapprocher du prix.
On a vu dans le graphique précédent que le retournement commence début Avril 2009.
Si on regarde le graphique Weekly, le retournement semble plus évident en Septembre 2009.
Septembre 2009 est donc plus judicieux pour se repositionner.  En Avril, la tendance long terme reste haussière. C’est donc un peu trop anticiper que de prendre une position longue en Avril.

En tout cas, cela signifie aussi qu’il ne faut pas revendre trop vite quand une baisse apparaît en journalier si la tendance de fond long terme reste à la hausse !

Dans une phase de doute comme celle que nous vivons, il faut donc des repères.
On voit le RSI indiquer que la tendance reste haussière en Monthly.  Toutefois le journalier est baissier. Il faut donc rester prudent sans pour autant crier à la fin du monde.
Le mieux est de suivre, au jour le jour, l’évolution du prix en D1 tant que la tendance reste haussière en Monthly.

  • Première possibilité. Une divergence haussière apparaît puis est validée par une cassure du RSI au-dessus des 50.
    On saura que la consolidation est vraisemblablement terminée. On pourra alors revenir à l’achat. Il y a fort à parier qu’à ce moment-là les médias diront que c’est la fin du monde 🙂
  • Deuxième possibilité. La baisse se poursuit. Dans ce cas, on aura très certainement un throw-back du RSI sur sa ZN avant la grande baisse finale !
    Vous imaginez bien en effet que pas mal de monde va entrer en position à la hausse après une baisse de près de 15% en 1 semaine !

Le RSI nous permet donc bien de distinguer un retournement d’une correction.

Vous pouvez aussi regarder les graphiques en Heikin Ashi, ils sont tout de suite plus éloquents et rassurants: forte baisse court terme mais rien d’apocalyptique sur le long terme.

Le RSI est-il le seul indicateur valable ?

Bien sûr que non, on peut utiliser plein de chose pour peu que cela représente l’intensité de l’activité des opérateurs:

  • les bandes de bollingers: quand on en sort par le bas, ce n’est pas bon signe.
  • Le volume également.
  • Le système Ichimoku est également intéressant pour avoir une vision du marché.
  • Certains préfèrent chercher des figures caractéristiques genre Epaule-Tête-Epaule.

C’est à chacun de se faire une opinion

Le truc essentiel est d’avoir défini, à l’avance, et de manière précise les conditions de sorties de vos trades.

Il ne faut surtout pas céder à la panique relayée par les médias. Souvent ils sont en déphasage complet avec les marchés et vous annoncent une catastrophe biblique alors que le marché est en train d’exploser à la hausse.
Et souvent ils vous indiquent que tout va bien et qu’il faut acheter alors que le marché donne des signes de faiblesses.

On pourrait même créer un indicateur Media: il suffirait en effet de faire le contraire de ce qu’ils disent pour gagner 🙂

Vous avez à présent les armes pour distinguer un retournement d’une correction.
Je vous invite à back-tester cette technique sur plusieurs graphiques et à nous faire part de vos résultats au moyen des commentaires plus bas …

 

 

Crédit Photo: Stocklib / Somsak Chidchawange
Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *